L’Apple Watch est capable de signaler différents types de battements cardiaques

D’après une étude réalisée par le centre médical de l’université de Stanford, l'Apple Watch serait capable de capter les rythmes cardiaques irréguliers.
Mohammed Hilal
Mohammed Hilal
L'Apple Watch serait bel et bien capable de capter des fréquences cardiaques irrégulières. © Unsplash / Brandon Romanchuk

Si l’on en croit les résultats d’une nouvelle étude, l’Apple Watch peut signaler d’autres types de battements cardiaques irréguliers. L’étude a été faite par le Marco Perez, le directeur de la clinique d’arythmie hérité du centre médical de l’université de Stanford.

L’Apple Watch est encore plus utile que prévu

« Même si vous ne trouviez pas de fibrillation auriculaire, beaucoup de gens ont quelque chose d’autre qui nécessitait probablement une attention clinique »

Marco Perez

Les résultats de l’étude menée par le directeur de la clinique montrent que, même si après avoir reçu une alerte inquiétante via la montre connectée de la firme de Cupertino, l’utilisateur n’obtient pas de diagnostic de fibrillation auriculaire, il peut tout de même y avoir un problème.

L’étude a été faite à l’aide des données de l’Apple Heart Study, une fonctionnalité conçue pour tester la capacité de la montre connectée à détecter les rythmes cardiaques irréguliers. À noter que l’étude a été lancée en 2017 et comptait plus de 400 000 participants.

Les personnes ayant reçu une notification de pouls irrégulier de l’Apple Watch ont procédé à un test ECG clinique à la maison, pour surveiller son rythme cardiaque sur une longue durée. La notification a été reçue par 2000 participants. Suite à une analyse antérieure, un tiers des personnes qui portaient ensuite un patch ECG présentaient une fibrillation auriculaire au cours de cette période de surveillance.

De son côté, Marco Perez a également examiné les données des électrocardiogrammes des personnes restantes qui n’avaient pas détecté de fibrillation auriculaire.

« Si nous n’avons pas trouvé de fibrillation auriculaire, qu’avons-nous trouvé »

Le directeur de la clinique

Par ailleurs, l’étude du centre médical de l’université de Stanford montre qu’un tiers des participants qui n’avaient pas détecté de fibrillation auriculaire via le patch ECG ont tout de même fait diagnostiquer la maladie par la suite.

Partager cet article
Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile