Selon le Wall Street Journal, Facebook aurait plusieurs défauts qu’il ne chercherait pas à résoudre

Nick Clegg, le vice-président de Facebook, a réagi à la série d’articles publiée par le Wall Street Journal selon lesquels, le réseau social serait conscient de nombreux problèmes sur ses plateformes qui nuisent aux utilisateurs, mais ne ferait rien pour les résoudre.

« Une série d’articles publiés par le Wall Street Journal s’est concentrée sur certains des problèmes les plus difficiles auxquels nous sommes confrontés en tant qu’entreprise – de la modération du contenu et de la désinformation sur les vaccins à la distribution algorithmique et au bien-être des adolescents. Ce sont des problèmes graves et complexes, et il est tout à fait légitime que nous soyons tenus responsables de la façon dont nous les traitons »

Nick Clegg

De plus, il a ajouté que certains des problèmes décrits dans les articles du Wall Street Journal, « contenaient des descriptions délibérément erronées de ce que nous essayons de faire, et conféraient des motifs manifestement faux aux dirigeants et aux employés de Facebook ».

Effectivement, cette semaine le journal a publié une vaste série d’articles sur Facebook, basés sur une analyse des documents internes. Au travers de ces articles, le Wall Street Journal en a conclu que les plateformes de l’entreprise « sont criblées de défauts qui causent des dommages, souvent d’une manière que seule l’entreprise comprend parfaitement ».

En plus de Facebook, Instagram serait également dangereux pour les adolescents

Ainsi, les articles comprenaient de nombreuses informations. En effet, ils ont dévoilé plusieurs détails sur le programme XCheck. Selon le journal, ce programme exempterait les célébrités des règles de modération standard de Facebook. Ces articles ont également dévoilé une recherche interne de Facebook qui montre que sa plateforme photo Instagram est problématique pour la santé mentale des jeunes utilisateurs. 

Aussi, ces articles traitaient de comment les modifications apportées par Facebook à son algorithme ont augmenté l’engagement, mais ont en fait rendu les utilisateurs plus en colère ; des préoccupations des employés sur la façon dont ses plateformes peuvent être utilisées dans la traite des êtres humains, et sur la façon dont l’initiative du PDG Mark Zuckerberg pour promouvoir les vaccins COVID-19 a amené les militants antivax à inonder Facebook de contenu « barrière à la vaccination ». 

Pour comprendre l’importance de ce que les articles ont révélé, deux sénateurs du comité du commerce qui supervise la protection des consommateurs ont déclaré qu’ils lançaient une enquête à la suite du rapport du Journal selon lequel Facebook était conscient qu’Instagram pouvait être nocif pour les adolescents.

Toutefois, le vice-président de Facebook a tenu à démentir l’allégation selon laquelle « Facebook effectue des recherches puis les ignore systématiquement et volontairement si les résultats sont incommodes pour l’entreprise »

Découvrez les lunettes connectées de Facebook et Ray-ban.

Quitter la version mobile